Traduction du chapitre 9 du livre “Brain Saver” – Ton cerveau acide (PARTIE 3)

HCL
Temps de lecture : 5 minutes

PERDRE NOS BONS ACIDES

La raison pour laquelle l’intestin semble être la cause des problèmes de chacun est que lorsque nous perdons notre acide chlorhydrique – notre bon acide – l’environnement qui en résulte dans l’intestin permet aux levures improductives, aux moisissures, aux champignons et aux bactéries de se développer excessivement, créant ainsi un acide toxique. L’acide chlorhydrique est un acide alcalin. Sa composition chimique commence par être acide lorsqu’il est expulsé des glandes de l’estomac, puis change de composition pour devenir alcalin lorsqu’il quitte l’estomac et tombe dans le duodénum et l’intestin grêle.
(À ce propos, les bons acides viennent aussi des sources alimentaires. Les aliments curatifs tels que les citrons et autres agrumes contiennent de l’acide de fruit qui est hautement alcalin lorsqu’il pénètre dans l’organisme, en raison de sa composition dérivée de minéraux alcalins tels que le calcium bénéfique, le potassium et les sels minéraux en traces).

L’acide chlorhydrique produit par notre estomac détruit les agents pathogènes dans l’intestin. Pourtant, nous détruisons nos glandes stomacales par des régimes riches en graisses, la caféine, le vinaigre et l’alcool. Ainsi, nous perdons essentiellement la production d’acide chlorhydrique, ce qui permet à davantage de champignons improductifs, de levures, de moisissures, de bactéries et de virus de prospérer dans notre tractus intestinal. créant davantage de mauvais acides pour contribuer au problème.

Puis nous ajoutons encore plus de mauvais acide dans l’intestin avec un régime riche en graisses. Encore une fois : les graisses, même les graisses saines, sont des producteurs d’acide et donc des créateurs de carences. Tout le monde s’est tellement fait laver le cerveau pour obtenir ses acides gras essentiels à partir de graisses saines qu’on se crée, sans le savoir, des carences en toutes les autres vitamines, minéraux et autres nutriments. Les nutriments ne peuvent pénétrer dans les cellules que lorsqu’ils sont liés au glucose (sucre) et ensuite poussés par l’insuline. Les nutriments ne peuvent pas pénétrer dans les cellules en utilisant les graisses. La graisse empêche les nutriments de pénétrer dans les cellules et bloque même l’absorption des nutriments dans le tractus intestinal. La tendance à manger des graisses avec les légumes verts à feuilles pour absorber les nutriments des légumes fait le contraire de ce que l’on prétend. (Lisez le chapitre 39, “De quoi est fait votre cerveau”).

TESTS ERRONÉS

La médecine alternative utilise les tests de pH pour déterminer si un patient est acide. Ce dont elle ne se rend pas compte, c’est que l’interprétation des résultats est erronée : lorsqu’ils voient une lecture alcaline sur la bandelette pH, ils pensent que cela signifie que la personne est alcaline. Ils ne réalisent pas que le résultat alcalin peut être dû au fait que le corps de la personne est tellement acide qu’elle perd tous ses minéraux alcalins. Vous pourriez finalement commencer à devenir alcalin, et les tests de pH montreront de l’acidité – parce que vous expulsez des acides dans le cadre de votre guérison. Nous ne pouvons pas simplement dire que chaque test de pH doit être interprété à l’opposé de la lecture, car un autre scénario est que vous êtes si chroniquement acide que vous n’avez plus de minéraux alcalins dans votre corps. Dans ce cas, la lecture de votre test de pH pourrait être acide alors que vous êtes effectivement acide.
Aucune personne essayant d’interpréter un test de pH ne peut savoir quel scénario est le bon. Les résultats correspondent-ils à l’environnement corporel d’une personne, ou sont-ils le contraire ? De plus, personne ne sait quel est le meilleur moment dans l’emploi du temps d’une personne pour effectuer un test de pH, ou comment ce qu’une personne mange et boit affecte le test. Il n’y a pas de bon moment de la journée pour trouver une réponse. Tout cela signifie que les tests de pH ne sont pas vraiment lisibles. Se fier aux tests de pH, c’est courir après les fantômes.

JEUX D’ACIDES

On peut jouer à des jeux acides toute la journée. La simple vérité est que l’acidité en soi ne signifie pas que quelqu’un va être cloué au lit par une fatigue chronique. Ce n’est pas parce que le crâne d’une personne s’est aminci, que son cerveau s’atrophie et que sa hanche a été remplacée deux fois qu’elle va connaître le large éventail de symptômes et d’affections que la médecine alternative associe à l’acidité. C’est le facteur pathogène qui est si important à prendre en compte – et la façon dont le système immunitaire se décompose à cause des acidifiants et des carences. Un cerveau et un corps acides nous rendent plus susceptibles de développer une inflammation du cerveau, une inflammation du tronc cérébral et/ou une inflammation des nerfs crâniens – et tous les symptômes limitant la vie qui peuvent en résulter. L’acidité n’est pas la cause de la maladie. L’acidité crée un environnement propice au développement des agents pathogènes qui sont la véritable cause de la maladie et qui créent nos symptômes.

De plus, comme vous l’avez lu dans le chapitre 3, “Votre cerveau en alliage”, un cerveau acide influence l’échelle thermique de notre cerveau car le sang acide ne permet pas aux toxines de quitter facilement le corps, ce qui augmente la température du cerveau. Cela a plusieurs effets. Il nous rend plus sensibles aux métaux lourds toxiques présents dans notre cerveau, qui peuvent fondre, se déplacer et former des alliages à partir de la chaleur excessive du cerveau, tout en s’oxydant et en se corrodant à cause de l’acide lui-même. La chaleur accrue d’un cerveau acide intensifie également les chocs émotionnels et rend plus difficile leur récupération. Et en augmentant la chaleur du cerveau et en contribuant à nos déficiences, l’acidité nous rend plus sensibles à l’épuisement.

Attribuer l’un de ces problèmes de santé à l’acidité elle-même, c’est méconnaître, ignorer, voire ignorer totalement les autres facteurs en jeu. L’industrie médicale alternative et conventionnelle ne comprend même pas l’acidité. On nous fait croire que c’est nous qui sommes le problème parce que nous sommes acides, que nous n’arrivons pas à nous organiser pour favoriser un environnement alcalin en nous, et que c’est la cause de notre souffrance. Pendant ce temps, l’industrie médicale pousse un programme qui est loin d’être alcalin. Les régimes obsolètes et les protocoles qu’ils proposent pour remédier à la situation nous rendent plus acides.

Un cerveau et un corps acides nous rendent plus vulnérables à un cerveau statique, à un cerveau permissif, à un cerveau viral, à un cerveau émotionnel envahi, à des nerfs crâniens enflammés, à un cerveau brûlé, déficient et dépendant. Pourtant, l’acidité en elle-même n’est pas la cause. Nous n’apprenons pas non plus comment nous rendre vraiment alcalins à partir de toutes les sources qui utilisent “l’acidité provoque la maladie” comme règle d’or. Pour trouver un soulagement, nous devons nous accrocher à cette connaissance. Nous devons introduire les véritables alcalinisants dans nos vies tout en éliminant les autres facteurs – tels que les virus, les métaux lourds toxiques, les aliments et les boissons acidifiants et les autres traites du cerveau – qui expliquent pourquoi nous nous battons avec notre cerveau.

 

 


* Chapitre directement et librement traduit du livre “Brain Saver”, Anthony William.

** #testsph #alcalinite #acidite #acidechlorhydrique #hcl #maladieschroniques #naturopathie #medicalmedium

*** AVERTISSEMENT : Le contenu de cet article est présenté à des fins d’informations seulement et ne se substitue pas au diagnostic, traitement ou à l’avis de votre médecin.

Bonjour 👋
Ravie de vous rencontrer
!

Inscrivez-vous pour recevoir des conseils et astuces santé pratiques à appliquer au quotidien. Et recevez votre cadeau de bienvenue : Trousse à outils contre le rhume et la grippe

Je ne spamme pas ! Consultez ma politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laissez un commentaire

Préférences de confidentialité
Lorsque vous visitez notre site Web, celui-ci peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Veuillez noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience sur notre site Web et sur les services que nous proposons.